9.1.09

So good vs too bad

Bon alors celui là, ça fait quelques temps qu'il mijote dans ma petite tête parce que qui dit nouveauté dit jugement, qu'on le veuille ou non. Alors moi très concrètement, il y a des choses que je trouve vraiment formidables dans le fonctionnement de la vie de tous les jours ici, à New York et d'autres que je serai bien heureuse de quitter...
+++++ So good ++++++
  • Le système du cashback: quand vous payez par carte bancaire en faisant vos courses, si vous avez une carte américaine on vous demandera si vous voulez du cashback; c'est en fait un moyen de tirer de l'argent liquide, en quantité variable selon les endroits (souvent les montants sont suggérés sur le terminal CB).. ce qui est un excellent moyen de contourner le fait que si vous retirez du liquide ailleurs que dans les distributeurs de votre banque, vous aurez systématiquement des frais (à partir de 1.75$/retrait).
  • Côté banque encore, quand vous effectuez un achat par carte bancaire, quasiment aussitôt la balance du compte en question sur internet est à jour, en tout cas le délai n'excède pas l'heure je pense.. c'est réellement impressionnant et trés pratique, notamment pour vérifier l'encaissement des pourboires que vous rajoutez manuellement dans les restaurant pas exemple.
  • Les "kneeling bus" autrement dit des bus qui littéralement s'agenouillent permettant ainsi aux moins valides de pouvoir grimper sans trop de mal dedans. A cela s'ajoute un moyen extrèmement performant d'embarquement des gens en fauteuil roulant dans tous les bus sans exception. Quand à l'arrêt, il y a un fauteuil roulant, le chauffeur fait descendre ceux qui le souhaitaient, bloque les portes, déclenche une rampe/passerelle/élévateur sur laquelle vient prendre place le fauteuil roulant. Ensuite le chauffeur fait remonter la passerelle,  arrime le siège a un des endroits prévus à cet effet dans le bus (il y en a plusieurs) et hop il embarque le reste du monde et on repart et manoeuvre inverse à l'arrivée a destination. Et franchement, je n'ai jamais vu personne ronchonner que ça prenait du temps.
  • Dans le même ordre d'idée, les portilons actionnables extrêmement facilement dans l'intégralité des stations de métro pour quand vous avez une poussette avec un bébé qui dort ou bien vous rentrez les bras chargés de bagages...
  • L'autre chose qui change la vie, c'est les delivery ou livraisons, assez souvent même les free delivery à partir d'un certain montant.; ce qui fait que que vous souhaitiez manger Indien à 3h de l'après-midi mais sans pouvoir bouger du bureau, ou bien vous faire livrer vos médicaments parce que vous vivez seul et êtes au fond de votre lit.. c'est possible. II en va de même pour votre linge lavé et plié, de l'alcool, la quasi intégralité des restaurants, les épiceries, les supermarchés, .. il faut quand même se rappeler pour ceux qui penseraient tout de suite que c'est de la fainéantise, qu'ici énormément de gens vivent sans voiture, la plupart du temps c'est idéal mais de temps en temps c'est vraiment compliqué à gérer.
  • Les horaires d'ouvertures étendus, de 9/10h à parfois minuit voire 24h/24h et les dimanches assez souvent.. mais au moment où le débat n'a toujours pas été tranché en France, et que chaque fois, le vieil argument du "ils le font bien aux États-Unis..." mérite d'être un peu corrigé. D'abord, beaucoup de magasins ferment le dimanche quand même totalement, d'autres ouvrent seulement 2 ou 3h (certaines banques par exemple), des quartiers entier sont fermés en fonction de la religion dominante (n'essayez pas d'aller chez B&H un samedi car confession juive oblige c'est clos ainsi que des tas d'autres dans le même coin), d'autre part ceux qui ouvrent ont en trés grande majorité des horaires beaucoup plus restreints: le dimanche plutôt vers 11h/12h...  Donc même si les horaires sont répartis sur la semaine, il y a quand même une nette différence entre Lundi-Samedi et Dimanche.

  • L'appartenance à la communauté.. voilà bien le piège de diviser les chose en deux colonnes parfois, je ne suis pas totalement sûre que ça soit un  +++, il y a le revers de la médaille qui va avec, mais assurément c'est extrèmement important. Le postulat de base de la société américaine étant quand même de prohiber l'assistanat, mais serait plus dans la logique du "Aide toi et le ciel t'aidera", une autre sorte de lien social se tisse. Le noyau de la société reste bien évidemment la famille, mais juste après il y a la communauté: elle peut être géographique (voisinage), religieuse, ou bien liée au travail mais je pense qu'il n'est pas possible dans ce pays de ne pas en faire partie. Et en faire partie donne des avantages indéniables (écoles religieuses par ex. ) mais aussi des devoirs (disponibilité, verser une bonne partie de ses revenus .. j'ai lu 10% à la fameuse communauté). mais j'ai l'impression que dans ce pays c'est réellement LE seul filet de sécurité qui soit.


------Too bad-------
  • Le nombre de chiens que l'on voit dans cette ville, alors qu'il est  de notoriété publique que le logement est trés cher, j'ai un peu l'impression que l'on considère ici l'acquisition d'un chien en oubliant que ce n'est pas un animal fait pour vivre en intérieur (pas comme un hamster quoi). Évidemment, le pendant de ça, c'est une liste de devoir des propriétaires longue comme le bras, des hordes de dogs-sitters, des crèches pour chiens (pour la journée) , des lignes vestimentaires a peine croyables.
  • L'impression que les New yorkaises en particulier ne savent pas "lever le pied".. même en se promenant elles se dépêchent, elles seraient sûrement prêtes a payer cher l'implant de leur mobile quelque part, tant elles font généralement tout en continuant a parler au téléphone.. sans même parfois décrocher un regard a leur interlocuteur visiblement habitué.
  • Le bruit............ ici tout est bruyant: les sirènes de pompiers sont déja assez impressionnantes, le chauffage fait un bruit de sifflement de cocotte minute (je vous assure que l'impression est trés étrange au début quand ça se déclenche en pleine nuit puis on s'y fait), les gens hurlent dans leurs téléphones ou qu'ils soient, parlent trés trés forts (sûrement parce qu'ils sont devenus sourds a force de téléphoner avec l'ampli collé sur l'oreille). Bref, notre luxe à nous, c'est le silence de notre appartement où, mis à part le bruit du chauffage, un silence extraordinaire règne..
  • La difficulté de manger réellement équilibré et varié à un prix correct, ici manger sain c'est manger cher quoi qu'on en dise.  Et évidemment, le manque des fromages au lait cru... heureusement, la variété des produits des quatre coins du monde compense cela en grande partie. Nous avons ainsi découvert que notre fils raffolait du poulet Tikka masala quand il n'arrive toujours pas à avaler une bouchée de hamburger.
  • L'impression de la sur-stimulation permanente à l'égard des enfants, et de la compétition dès leur plus jeune âge pour intégrer la meilleure maternelle..oui oui .. ça fait bizarre d'écrire ça.
  • Le prix de la scolarité: tout le monde sait bien que la scolarité coûte cher aux Etats Unis mais je pense que mettre des chiffres dessus pourrait faire changer d'avis certains sur le sujet: on parle généralement de prix à l'année de 10000 à 20000$ par an et par enfant... voilà tout est dit.; calculez ça depuis la maternelle à l'université pour une famille de deux enfants, certes une partie de la scolarité peut être faite dans le public mais quand même, ça fait réfléchir je trouve.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire